NOUVELLE RÉGLEMENTATION DE LA FDA AURA UNE INCIDENCE SUR LES SAVONS COMMERCIAUX.


Le triclosan, ce biocide mis en marché au début des années 1970 et dont les tonnages utilisés ont fortement augmenté entre 1990 et 2010, fait l’objet d’une interdiction de la depuis le 2 septembre 2016.  Une étude menée par la FDA en 2010 révèle que le triclosan, utilisé dans 93% des éléments nettoyants et présent dans plus de 2000 produits testés, comporterait des effets perturbants sur le système endocrinien en plus d’inhiber la biodégradation dans l’eau. Cet antibactérien résisterait également à certains microbes, dont la Salmonelle. Selon l’agence américaine, les entreprises qui fabriquent les savons auront un an pour retirer cet ingrédient incriminé de leurs stocks.


Suite à ces récentes préoccupations au sujet des substances nocives, dont le triclosan, des chercheurs de l’Université du Minnesota ont inventé une nouvelle molécule de savon conçue avec des sources renouvelables. Ils affirment que cette dernière pourrait servir à produire des savons à partir d’éléments naturels tels que le soja, la noix de coco et le maïs. En plus de remédier aux particules chimiques entrant dans les systèmes d’eau, la nouvelle génération de savon serait plus efficace que ses contre-partis traditionnels à base de pétrole. La nouvelle formule combine des ingrédients biodégradables pour former une molécule connue sous le nom d’oléo-furane-surfactant (OFS). Les recherches ont démontré que le OFS se dissout bien dans l’eau froide contrairement aux savons usuels qui deviennent opaques et gluants ce qui les rend pratiquement inutilisables. L’emploi des OFS réduit également l’impact environnemental notamment sur l’eau comme on l’a vu plus haut.  L’étude publiée dans ACS, Central Science American Chemical Society, atteste que l’inédite molécule surpasserait les détergents conventionnels dans l’eau dure.


Le coauteur de l’étude, le professeur associé Paul Dauenhauer, conclut : « Cette recherche pourrait avoir un impact majeur sur les produits de nettoyage de l’industrie ». La technologie brevetée par l’Université du Minnesota a été autorisée par la société Sironix Renewables.

Suivez-nous !

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter

© 2019 par Gestion Hygiène du Bâtiment