Les moisissures en milieu de travail

Un dégât d’eau est survenu récemment dans votre établissement? Vous avez noté des odeurs de moisi, de terre ou d’alcool ? Plusieurs travailleurs se plaignent de symptômes comme de l’irritation des yeux, du nez ou de la gorge, des maux de tête, des nausées ou de la fatigue inhabituelle, ou rapportent une aggravation des symptômes d’asthme ou d’allergie? Ces situations sont peut-être associées à la présence de moisissures. Une évaluation médicale est donc recommandée pour tout travailleur affecté.

À noter que l’exposition aux moisissures d’une travailleuse enceinte n’entraîne pas de risque pour le foetus, sauf si la travailleuse souffre d’allergies ou de maladies respiratoires sévères aggravées par la présence de moisissures. Dans ce cas, une évaluation médicale est aussi recommandée.

Les personnes les plus vulnérables aux moisissures sont celles souffrant déjà d’allergies, d’asthme ou de maladies respiratoires chroniques (ex. : bronchite chronique), les personnes âgées et celles dont le système immunitaire est affaibli. Les bébés et les enfants (ex. : garderie, école) sont aussi vulnérables, notamment à cause de leur système immunitaire en croissance. Donc, y penser lors de travaux de décontamination.




Qu’est-ce que les moisissures?


Les moisissures sont des champignons microscopiques présents dans la nature et dont les spores sont transportées à l’intérieur des bâtiments par la ventilation, les matériaux et les humains. Une fois à l’intérieur, elles peuvent proliférer si les conditions suivantes sont réunies:


  • Présence d’eau ou d’humidité en quantité suffisante;

  • Présence de matières nutritives organiques comme le bois, le carton, le placoplâtre ou même le cuir;

  • Une température entre 10 et 40 °C.

Comment les reconnaître ?


Les moisissures ont une texture laineuse ou finement poudreuse. Elles sont souvent noirâtres ou verdâtres, avec une odeur caractéristique de moisi, de terre ou d’alcool. Les cernes, gondolements ou autres signes d’infiltration d’eau sur les murs ou les plafonds peuvent indiquer la présence de moisissures dissimulées derrière les matériaux. Tamponnez une petite surface de la tache suspecte avec une petite quantité d’eau de Javel. Si l’eau de Javel change la couleur de la tache ou la fait disparaître, elle est probablement de nature organique et il s’agit possiblement de moisissures.

Vérifiez s’il s’agit d’une efflorescence de minéraux, un dépôt de sel apparu suite à la perte d’eau d’un matériel. Pour ce faire, prendre un échantillon du dépôt et le mettre dans l’eau. S’il disparaît, il s’agit sans doute d’une efflorescence, sinon, il s’agit probablement de moisissures. L’efflorescence peut indiquer un ancien dégât d’eau, mais est sans conséquence pour la santé.


Au besoin, faire un prélèvement avec le matériel disponible pour confirmer ou non la présence de moisissures sur la tache :


  • lamelles autocollantes pour les surfaces lisses;

  • éponges stériles pour les surfaces irrégulières, empoussiérées ou lorsque de grandes surfaces doivent être échantillonnées;

  • échantillons de procédé pour les morceaux de structure ou de matière prélevés.

Suivez-nous !

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter

© 2019 par Gestion Hygiène du Bâtiment