La pulvérisation électrostatique : bien connaître les risques pour en tirer le maximum de bénéfices

Il n’est jamais recommandé de sortir un arsenal de guerre pour tuer une mouche! Quand les répercussions et les effets secondaires ont plus d’impact que le problème à la base, on s’éloigne de l’objectif d’efficacité recherchée. La métaphore illustre bien l’utilisation exagérée de désinfectants dans l’urgence d’atténuer le plus possible les risques de contamination et de propagation de la COVID-19.



Plusieurs fabricants profitent de la situation pour vanter la performance et les bénéfices de leurs appareils de distribution de désinfectants : les pulvérisateurs électrostatiques ou les brumisateurs. En contrepartie, plusieurs experts de la santé sonnent l’alarme et mettent en garde contre les risques des désinfectants et des précautions à prendre lors de leur application. L’objectif de la pulvérisation n’est pas d’épandre plus de désinfectant mais plutôt de permettre une application plus efficace seulement si toutes les conditions sont favorables.


Dans certaines situations, l’utilisation de tels appareils comporte plus de risques que d’avantages.


Quelle est la différence entre pulvérisation? Pulvérisation électrostatique ? Brumisation?

L’efficacité de chacune de ces méthodes dépend du type de désinfectant, du type de pathogènes visé, du type de surfaces, de la taille de l’espace intérieur, de l’emplacement de l’appareil, des pratiques de nettoyage préalable, de la charge organique, du mouvement de l’air, de l’humidité relative, du volume de désinfectant et du temps de contact.

La Pulvérisation électrostatique ou pulvérisation?


Les pistolets des systèmes de désinfection par pulvérisation électrostatique sont dotés d’une buse qui contient une électrode pour appliquer une charge électrique (positive ou négative) à la solution désinfectante lorsqu’elle est expulsée de l’appareil. Cette charge augmente la force d’attraction et permet aux gouttelettes d’enrober totalement et d’adhérer ainsi à toute la surface sur laquelle elles sont dirigées, même si elles sont de forme irrégulière.


Attention, la pulvérisation n’est pas toujours électrostatique. La pulvérisation traditionnelle est une forme d’application passive qui est déconseillée pour lutter contre la COVID19. Avec les systèmes traditionnels, les gouttelettes de désinfectant qui sont expulsées ne sont pas chargées et leur adhésion aux surfaces n’est pas garantie. Par conséquent la pulvérisation traditionnelle ne permet pas une couverture aussi uniforme de la surface et elle peut même causer plus de torts. Avec les éclaboussures produites, des germes peuvent être entraînés hors de la surface visée, propageant et contaminant potentiellement d’autres surfaces.


La brumisation


La brumisation consiste aussi à disperser une solution désinfectante sous forme de gouttelettes. Les gouttelettes produites sont tellement fines qu’elles demeurent en suspension plus longtemps ce qui leur permet de se disperser dans l’air et d’offrir une couverture uniforme lorsqu’elles se posent sur une surface. En raison de la grosseur des particules, la brumisation comporte encore plus de risques d’inhalation pour le travailleur ou les gens qui sont présents dans l’environnement.

Le Centre de collaboration nationale en santé environnementale (CCNSE) recommande que seuls les techniciens ou le personnel formé doivent utiliser les appareils de brumisation ou de pulvérisation. De plus, dans le cas de la brumisation, des protocoles doivent être appliqués pour assurer la sécurité des personnes, notamment :


  • Évacuation de l’espace à traiter;

  • Les portes, fenêtres et les conduits d’aération de la pièce à traiter doivent être scellés (si des gens demeurent présents, ailleurs dans l’immeuble);

  • La pièce qui a été traitée doit être condamnée quelques heures et il est suggéré d’apposer une affiche indiquant l’heure à laquelle le traitement a été fait et l’heure à laquelle il sera possible de réintégrer la pièce;

  • Avant d’y entrer, il faut bien ventiler et aérer pour minimiser les réactions allergiques négatives.

Les principaux avantages de la pulvérisation électrostatique


La charge d’attraction qui permet une couverture optimale des gouttelettes sur les surfaces est un avantage indéniable.


La commercialisation des pulvérisateurs électrostatiques met généralement l'accent sur la rapidité et le gain de temps que procurent ces appareils. Avec raison, plusieurs études démontrent que la vitesse d’application peut être jusqu’à 10 fois plus rapide à celle des outils traditionnels (jusqu’à 14 000 pieds carrés de bureaux par heure).


Le pulvérisateur électrostatique permet aussi une économie de produit en utilisant 60 % moins de produit chimique par pied carré.

Les limites et les risques de la pulvérisation électrostatique


Les risques d’électrocution


Bien entendu, aucun manufacturier met de l’avant les risques d’électrocution qui peuvent arriver lors de la manipulation des appareils électrostatique. La décharge est évidemment faible mais il n’en demeure pas moins que cela arrive fréquemment. L’étape de la mise à terre de l’appareil et les recommandations du fabricant à cet égard doivent être suivies minutieusement pour éviter que l’utilisateur reçoive des chocs électriques.


Les réclames publicitaires trompeuses


Il faut se méfiez des fausses promesses. Voici quelques exemples fréquemment rencontrés :


« Notre appareil produit de fines gouttelettes qui ont l’avantage de mieux couvrir la surface et de sécher plus rapidement. » En désinfection, on ne cherche pas à ce qu’une surface sèche rapidement, on cherche à respecter le temps de contact qui est prescrit par le fabricant.


«…offrant une protection désinfectante qui dure des heures ou des jours après une seule application. » Il ne s’agit pas d’un avantage du pulvérisateur électrostatique mais plutôt du produit désinfectant utilisé. Cette affirmation est vraie seulement dans le cas d’utilisation de produit chimique aux propriétés de rémanence (Capacité d’un produit à assurer une protection désinfectante pendant une certaine période de temps après que ce dernier ait été appliqué.). Rappelez-vous que la désinfection est une solution momentanée, alors que la contamination est un risque permanent. La plupart du temps, aussitôt qu’une surface est touchée ou salie, elle n’est plus désinfectée!


« Pour couvrir toutes les surfaces d’une pièce d’un spray désinfectant efficace qui tuera les COVID et autres microbes rapidement avec très peu d’efforts. » Ce n’est pas l’appareil qui tue les agents pathogènes mais bien le produit utilisé selon ses propriétés (virucide, bactéricide, sporicide...). Le temps de contact varie selon le produit; parfois 1 minutes, parfois 10 minutes. Peu d’efforts pour l’application du produit désinfectant mais il ne faut pas négliger la première étape de nettoyage des surfaces avec un détergent et une action mécanique pour déloger les débris et les microorganismes.


Les risques de la surexposition aux produits chimiques pour la santé


Il est reconnu que la pulvérisation peut provoquer des réactions allergiques plus ou moins graves selon le produit qui est pulvérisé et selon la sensibilité de chacun. Bien que les symptômes se font surtout ressentir après une exposition prolongée ou répétitive dans le temps, tous les experts sont d’avis qu’il faut éviter la surexposition inutile aux produits désinfectants. La santé publique d’Ontario rappelle qu’il est essentiel de suivre les instructions du fabricant, notamment en portant les ÉPI adéquat et précise que les employés chargés de la désinfection par pulvérisation électrostatique doivent s’assurer que toute autre personne a quitté les lieux au moment de la désinfection. Il est important de retenir que lorsqu’un environnement ne comporte pas trop de risques infectieux pour la santé des usagers, il est inutile de les exposer à des produits chimiques dangereux pour leur santé!


Le choix du produit


Bien que Santé Canada ait dressé une liste de désinfectants approuvés contre la COVID-19, les produits qui s’y trouvent ne sont pas nécessairement compatibles avec la pulvérisation ou la brumisation. C’est le même scénario aux États-Unis. D’ailleurs, le CDC (Center for Disease Control) ne recommande pas l’utilisation de pulvérisateur électrostatique ou de brumisateur pour l’application de solution désinfectante, jugeant les risques trop élevés pour les utilisateurs[3]. "Les risques d'aérosolisation de nombreux désinfectants de la « liste N » n'ont pas été étudiés", a déclaré Ian Cull, président d'Indoor Sciences, un cabinet de conseil en environnement. "Et il y en a très peu qui sont approuvés pour la mise en aérosol, la brumisation ou le brouillard". L'EPA poursuit ses recherches pour savoir si les pulvérisateurs et les brumisateurs sont réellement efficaces contre le Covid-19.


Il faut tenir compte de la compatibilité des solutions désinfectantes avec la méthode choisie mais aussi avec la surface visée, l’agent infectieux en question et l’environnement.


On ne peut pas désinfecter sans avoir préalablement nettoyé


Il est vrai que la pulvérisation permet de réaliser une économie de temps mais elle n’élimine pas l’étape de nettoyage des surfaces qui doit toujours être faite au préalable pour retirer les saletés et souillures.


Nos recommandations en matière de pulvérisation:

  • Le personnel doit être formé sur l’utilisation de l’appareil et doit aussi connaître les risques en lien avec cette opération.


  • Établir un processus d’utilisation normalisé aussi clair et rationalisé que possible afin qu'il puisse être reproduit et adapté facilement par le personnel pour une utilisation sûre et conforme.


  • Toujours porter des gants et des lunettes de protection lors de la pulvérisation de produits chimiques. Des vêtements longs pour couvrir la peau sont recommandés. Pour éviter des chocs électriques, des gants antistatiques sont disponibles sur le marché.


  • Ne jamais pulvériser quand des gens se trouvent dans la pièce et surtout en présence d’enfants. Les enfants sont plus sensibles aux effets négatifs des produits chimiques que les adultes. En effet, les enfants doivent manger, boire et respirer plus par kilo de poids corporel que les adultes en raison de leur croissance et leur développement. Les enfants sont également moins conscients des dangers et des moyens de les éviter donc plus vulnérables.


  • Comme les systèmes de pulvérisation électrostatique produisent parfois des étincelles, il faut porter une attention particulière aux sources de gaz, de liquides et de poussières inflammables se trouvant à proximité. Évitez de transformer le pulvérisateur en lance-flammes!


  • Ne pas adapter un pulvérisateur à peinture ou à engrais pour pulvériser un produit désinfectant. Tout appareil doit être utilisé en respectant les recommandations du fabricant.


  • En raison des risques accrus d’inhalation, il ne faut jamais pulvériser un produit sous sa forme concentrée. La dilution peut différer selon la méthode d’application. Il faut suivre les recommandations de dilution à la lettre et s’assurer de la compatibilité du produit avec l’appareil.


  • Faites-vous conseiller pour ne pas vous faire influencer! Consultez des professionnels pour toute question concernant la validation de la méthode de désinfection, du choix de l’appareil, du choix du produit ou des fréquences d’application.


Source :


https://ccnse.ca/documents/guide/la-covid-19-dans-les-espaces-clos-mesures-de-desinfection-de-lair-et-des-surfaces?


https://ccnse.ca/documents/guide/la-covid-19-dans-les-espaces-clos-mesures-de-desinfection-de-lair-et-des-surfaces


https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/ipac/2020/07/faq-covid-19-electrostatic-sprayers.pdf?la=fr https://www.cdc.gov/infectioncontrol/pdf/guidelines/disinfection-guidelines-H.pdf

Suivez-nous !

  • LinkedIn

© 2019 par ValkarTech | Gestion Hygiène du Bâtiment